side-area-logo

Le secret de Décalypse

Recommend
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIN
  • Pinterest
Share
Tagged in
Description
Publier en jeunesse ou en adulte? Ce titre est le quatrième tome d'une saga de science-fiction. À l'origine, l'œuvre était monumentale et à l'étude qu'en a faite Jim, qui agit comme directeur éditorial et réviseur, il apparaissait évident que le public jeunesse préférait le plaisir en bouchées mesurées. Il a été convenu avec l'auteur de scinder le manuscrit et de produire un premier tome de moins de 300 pages, puis des tomes légèrement plus ambitieux. L'étape de la commercialisation imaginée -- cruciale au début de tout processus d'édition -- précède la matérialisation d'un livre. Il faut aussi prévoir une continuité des couvertures, ce qui n'est pas forcément évident quand un illustrateur est disponible à un moment, puis pris ailleurs plus tard. Il faut aussi savoir que les méthodes d'illustration changent, se raffinent grâce à la technologie, ont un impact sur la facture visuelle. Et que les tendances graphiques suivent des modes. L'important est de viser une cohérence, et le même soin au contenu du livre prévaut toujours sur le reste. Et donc... publier en jeunesse ou en adulte? La question mérite d'être posée au vu du sujet (capable de rallier jeunes et moins jeunes) et de l'accessibilité du texte. Car il faut se rappeler que le roman jeunesse est un marché plus ouvert aux nouvelles plumes que celui du roman adulte, plutôt saturé. Obtenir une préface d'une personnalité connue peut représenter un atout lorsque l'on démarre sa carrière d'auteur. Ici, en l'occurrence, l'auteur Patrick Loranger a obtenu une superbe préface du réalisateur Rock Demers.