De l’art du dialogue


Comment doser narration et dialogue – à supposer que nous parlions ici d’un roman traditionnel et non d’une biographie?

Le dialogue ajoute une pulsation vivante au récit, il précise le ton de l’échange entre des personnages, il permet à l’auteur de jouer avec les niveaux de langue, en passant de celui serré et conscient de la narration à celui plus spontané et réactif de l’impulsion humaine.

Vous aurez pour exercice la production d’un dialogue d’une page de format lettre (soit environ 300 mots) qui vous impose un peu de latitude et un peu de contrainte :

  1. Vous avez le choix du sujet.
  2. Vous devez introduire avec parcimonie un geste ou une mimique, afin que le lecteur reste connecté au lieu et à la situation.
  3. Le dialogue a toujours l’obligation de faire avancer votre histoire en révélant un pan d’un personnage ou en offrant de l’information que le lecteur n’aura pas trouvé dans la narration.
  4. N’oubliez pas de bien séparer les répliques en les introduisant par des tirets longs pour chaque changement de personnage. Les guillemets seront plutôt réservés aux pensées.

Amusez-vous! Si vous souhaitez faire annoter votre dialogue afin d’obtenir des commentaires qui vous feront évoluer, vous pouvez nous soumettre un fichier de format Word et recevoir une rétroaction au prix modique de 25 $. Comptez deux jours ouvrables pour une réponse.

shut_136024517_Dialogue_exerc3